Image

Je n’arriverai jamais a gagner le prix Nobel pour les <beaux arts> parce qu’il n’existe pas et, s’il existait, je ne suis pas un artiste si présompteux de penser de le mériter.

J’ai passé la plus part de ma vie en Europe (mon Pays d’origine est l’Italie), en vivant d’art, pas seulement comme moyen d’exprimer mes sentiments mais, surtout, comme <nourriture> culturelle qui me soutient toujours.

Quand j’ai <decouvert> l’île Maurice en1997, la gentillesse, l’hospitalité et la façon de vie des mauriciens m’ont fait redécouvrir le plaisir de <jouer> avec les couleurs sur, n’importe quelle matière (papier, toile, bois, plastique…).

Sur la première page de mon ‘pictures book’ il est ecrit: ’après longtemps passé en…blanc et noir, j’ai retrouvé la  couleur. Dans ce nouvel équilibre je vive très bien et je ne retournerais pour rien au monde dans le gris’.

La nourriture est nécessaire pour vivre, la couleur pour bien vivre. Jai choisi de bien vivre!

Tout ça merci a Maurice et aux mauriciens.

Les artistes, en général, sont égoistes et un peu presompteux. Meme s’ils déclarent d’être tous amis, en fin, chacun d’eux, pense être le meilleur, le ‘champion’, l’unique vrai artiste au monde!

Je veux démontrer que ce -lieu commun- n’est pas vrai et, avec grand plaisir, je présents, au monde artistique, un artiste mauricien, grand, même s’il a seulement 18 ans.

Le 10 novembre 1990, Pawan Beekoo est née a Pointe Aux Piments le même village ou je suis résident.

Un jour, son frère, m’a montré des photos avec son portable. J’ai pensé…serons des belles voitures! No. C’étaient des dessins, avec les coulers a l’eau, de Pawan, son frère majeur.

J’ai dit, à Roshan, que je voulais voir les dessins de Pawan. Mais, évidemment, mon desir n’a été pas pris sérieusement. Alors j’ai renouvelé la demande à ses parents et, en fin, avec la complicité d’un très bon ami, Pawan est arrivé (conduit par le bon ami) chez mon studio, avec ses dessins.

Extraordinaire! Simplement extraordinaire.

J’ai décidé que Pawan doit être aidé. Il est très jeune et ne connais pas ‘la boite’ du monde de l’art, ou il est très difficile d’entrer et se proposer avec les justes mesures.

Un vieil artiste italien qui aide un jeune artiste mauricien? Pour ma part oui! Pawan a des capacites de s’esprimer qui sont meilleures que les miens. Il peut grandir dans l’art et arriver aux plus hauts niveaux parce que est déjà un phénomène. Un jeune phénomène mauricien, qui attende les conseils du monde de l’art de son Pays avant de passer les confins de la <belle île>. Pawan peut devenir un symbol d’artiste mauricien et, un jour, pas tellement loin, Pawan pourra dédier, comme vrai mauricien, a Maurice, son prix <Nobel> et, peut être, un petit mot pour l’italien de Pointe Aux Piments qui, le premier, a découvert ce petit <phénomène> de la peinture mauricienne.

Image

Alberto Nacci

Illustrazioni: “Due quadri di  Pawan Beekoo” (Foto Alberto Nacci)

Annunci